Bonsoir les petits loups!

Oui, je suis absolument persuadée que tout le monde aime se faire appeler "petit loup", surtout aussi tôt dans la journée (j'ai développé le tic du impossible-de-me-coucher-avant-que-d'autres-ne-soient-en-train-de-se-lever)(du coup je manque sérieusement de sommeil - le comble quand on sait à quel point j'ai dormi entre fin février et début avril)(Enfin non, vous ne savez pas, mais vous le saurez bientôt).

Où étais-je donc passée? Euh... Quelque(s) part(s) dans Paris (oui, cette expression est invariable - désamorçons tout de suite les éventuels puristes de l'orthographe - mais avec deux beaux "s" on comprend l'idée générale (ceux qui ne comprennent pas: faire trois tours sur soi-même, sauter d'un arbre en se prenant pour un dindon (très important: un dindon, pas un vulgaire oiseau) et revenir me voir (ou pas))); pour me trouver, sachez que je reviens toujours dans ma tanière à un moment ou à un autre (ah bon, à vous aussi ça vous arrive de dormir? Etrange). (Breeeeeeeeeeeef - et admirez le pied de nez que comporte ce mot-là, celui juste en début de parenthèses, pas dans son orthographe la plus habituelle)(Je dis ça  comme ça, des fois que vous cherchiez.). Donc, (autre lien tout à fait illogique pour qui ne vit pas dans la nébuleuse qui me sert d'esprit), après l'Aveyron j'ai monté à cheval une semaine dans mon ancien club (autant prévenir tout de suite: ceux qui s'en tamponnent royalement ou qui n'ont pas de temps à perdre, passez directement au paragraphe suivant); et qui était le moniteur du stage? JJ, le même qui me terrifiait il y a 3 ans... Première surprise: il m'avait reconnue; deuxième surprise: il a changé. Qui ose dire que la schizophrénie n'a pas que des bons côtés?... Après avoir testé 2-3 chevaux, N. m'a été attribué. N, il faut le dire, c'est en emmerdeur royal. Mais avant tout un filou. Le genre à finir par s'arrêter net (oui, à cesser tout mouvement) si on ne l'a pas corrigé dès sa première tentative de nous avoir. Autant dire que la badine -ie la cravache- n'a jamais autant été utilisée que lorsque j'étais sur N.. Mais dans le fond, une fois qu'on a refait son éducation vite fait bien fait pendant la demi-heure de détente (qui, si on a bien suivi, était tout sauf relaxante pour nous deux: lutte acharnée pour le pouvoir), sait faire les choses. Bon, ok, vu qu'il n'est pas tendu sur les sauts il ne cassera certainement jamais la baraque en CSO, mais il se défend correctement pour un cheval de club. Allez donc savoir pourquoi le club veut le revendre... (Enfin si, tous ceux qui passent dessus ou qui lisent comprennent que c'est à cause de son caractère, mais tout de même, pour la forme, faites semblant d'ignorer. J'apprécie ce cheval, même si c'est un vrai enquiquineur les trois-quarts du temps. Repensez donc à votre vieille tante Abbie, qui vous énerve mais à laquelle vous êtes malgré tout attachés...).

Puis, une semaine en Tunisie avec des copines. Souvenirs mémorables, notamment la boîte - hilarant avec le recul. J'vous raconterai ptêt' quand vous serez plus grands. Et si vous êtes sages. Et accessoirement si je me souviens que je devais en parler. (Autant dire tout de suite que c'est pas gagné donc).

Enfin, retour sur Paris bronzée comme une crêpe choco prête à être dévorée (hum, aurais-je faim?); j'enchaîne les sorties histoire de bien me venger de la P1 (car je sais qu'elle m'en veut, la P1! Mouhahaha); mariage à Rouen (auquel, soit dit en passant, je n'ai que partiellement assisté car j'ai eu la bonne idée de m'endormir en début de samedi-après midi et de ne me réveiller que 18h plus tard). Sorties, auto-école, inscription cours d'été cheval; explorations culinaires (miam miam, la cuisine coréenne <3); les inscriptions à la fac ont commencé mais il me faut souscrire une assurance professionnelle médicale pour la rentrée et je ne sais pas laquelle choisir; âmes charitables, merci de m'éclairer.

Gné, comme d'habitude je parle beaucoup et j'oublie deux-trois détails; comme répondre aux messages... Heureusement que j'ai des éclairs de lucidité extra-lucide (ne cherchez pas la logique, c'était seulement pour le jeu phonétique et sémantique).
Flo :
* Les "plus" d'Epsilon Exam :
- plus la peine de se demander comment s'organiser pour revoir ses cours: suffit de réviser en fonction du calendrier des Examens Blancs. On peut objecter que pour le Tuto c'est la même; eh bien non, car à EE on te donne le planning dès le début du semestre et pas 10 jours avant seulement - donc tu peux mieux gérer les imprévus d'organisation. En fin de trimestre on a donc vu ses cours pas mal de fois, et c'est un plus.
- des EB en quantité (et en qualité); qui dit quantité d'EB dit habituation à être en conditions de concours donc se traduit par moins de pression au vrai concours car on est limite habitué à travailler "plus vite - plus concentré - plus stratégique".
Attention : le nombre d'EB ne dispense pas de faire des exos en parallèle!
- un prof de chimie TOP, TOP, TOP: Philippe Dorizon. Après ses sujets, le concours de chimie m'a semblé facile. Ses sujets te font réfléchir et en même temps t'enseignent les petites subtilités du programme, ce qui fait qu'au final tu as une bien meilleure compréhension globale donc, plus de confiance en soi. En bonus, il nous donne son adresse mail dès le début de l'année et répond à tous les mails et toutes les questions (même les plus saugrenues) que tu lui poses. Les profs  des autres matières sont bien aussi, mais lui c'est vraiment la crème de la crème!
* Les "moins" d'Epsilon Exam :
- le fait que tout repose sur des EB implique d'avoir déjà une bonne compréhension par soi-même du programme, de ne pas se sentir totalement largué par rapport au cours.
- il faut avoir une bonne organisation (et du sang-froid) pour assurer l'apprentissage des nouveaux cours et la révision des EB; aller en EB sans s'être préparé ne sert franchement pas à grand-chose à part se dire qu'au moins on y est allé.. ce qui sera  une bien maigre consolation après avoir reçu une sale note, un sale rang, et perdu un temps précieux. Mais là encore il faut moduler le propos: il est aussi tout à fait inutile de toujours faire passer ses cours après la préparation des EBs!  Donc, en ce qui me concerne, j'arrivais toujours en ayant potassé deux matières de l'EB, et je laissais tomber la 3e. J'ai choisi deux-trois matières parmi les huit, que je pourrais négliger au détriment des autres - il est important que ce soit toujours les mêmes pour éviter d'avoir des lacunes, et que ce soit de préférence les matières qui nécessitent le moins de compréhension (puisque le travail de compréhension, il faut le faire tout au long du semestre et qu'EE permet en général de bien le peaufiner): dans mon cas, c'était l'Anat, la physio, la psycho.
- il faut pouvoir supporter un rythme très soutenu... effréné même.
* pas du tout fait le tuto; trop d'erreurs dans les sujets et pas assez de pression à mon goût : j'ai besoin d'un minimum de pression pour me stimuler; et le rythme effréné d'EE m'a en ce sens bien servie.
* pour les conseils, je posterai dans qqes temps un article, en attendant n'hésite pas à me bombarder de questions. De toute manière je serais sûrement tutrice au Tutorat l'an prochain, ou bien toute disposée à te rencontrer si tu veux me questionner en personne et être touchée par l'aura de la P2 xDD
* BU : je dirai simplement: boules quiès vivement recommandées!  D'une part parce que ça permet de ne pas être perturbé au moindre bruit et donc de mieux ingurgiter ses cours, d'autre part parce que la privation sonore inhibe aussi grandement la tentation de regarder les autres travailler...


Bien, je crois sentir une petite pique de fatigue, et comme je me sens satisfaite d'avoir pu remplir mon quota journalier de bêtises à déblatérer (cf première partie de l'article)(toujours choyer ceux qui ont du mal à suivre)(j'aime savoir que mes lecteurs m'aiment... oh oui), je vais rendre visite à mon matelas et vérifier qu'il fait bon ménage avec mon oreiller... D'autant plus que demain j'ai encore des choses à faire. Choses. Pas n'importe quoi donc: pas un vulgaire truc.